fbpx

Les gangsters sont tatoués de la tête aux pieds. 

PARTIE 2/3

Salut à toi, la forme?

Dans l’article précédent, je t’ai laissé sur le Shogunate, un système féodal et militaire. 

Le système féodal du Shogunate

Pour que tu comprennes à quel point la société était fracturée, je te mets la photo d’une pyramide juste en dessous avec les différents niveaux. 

Social Structure - Japan Under The Shoguns

Je vais te traduire la pyramide de haut en bas étant donné que je n’ai pas trouvé l’équivalent en français. 

l’Empereur : Figure de prou sans pouvoir politique réel. 

Le Shogun : Leader militaire qui détenait le pouvoir et gouvernait le japon

Les Daimyos : Seigneurs nobles qui détenaient les terres et rémunèraient les Samurais qui assuraient l’ordre. 

Les Samurais : Soldats nobles, payés par les Daimyo pour assurer l’ordre et la protection. Ils avaient, en temps de paix, un rôle de gestion de la population et d’éducation. 

Les Ronins : Des samouraïs ayant perdu leur seigneur.
Ils leur étaient impossible de trouver de nouveau contrat à cause des lois du Shogunate.

Sans emploi, ils devenaient souvent des mercenaires ou des brigands. 

Les paysans (90% de la population) : C’était la classe des fermiers et des pêcheurs. 

Les artisans.

Les marchands : les marchands étaient en bas de la hiérarchie sociale car, selon Confucius, ils ne produisaient rien, ni ne protégeaient personne.

Ils avaient juste de l’argent, ce qui dans une société confucéenne n’avait aucune valeur.

Bon, voilà pour la théorie. 

Je pense que tu comprends mieux à quel point cela était compliqué entre les différentes classes. 

Pas très flex’ comme système. 

Et pour bien verrouiller tout le système le Shogunate à ré-instaurer les tatouages punitifs. 

Le retour des tatouages punitifs!

Comme pour dire à la population : “ fais quelque chose de mal, et tout le monde le saura.

Hey, mais c’est pas une façon de faire de dictature ça? 

Ah bah si. 

Et comme dans toutes les dictatures, 90% de la population crevaient la dalle. 

Petite question pour toi : qu’est-ce qu’il se passe lorsque la population n’a plus d’argent pour acheter de quoi se nourrir de façon conventionnelle?

Facile comme question. 

Le marché noir se développe. 

La pègre s’installe.

Vols, prostitution, racket ect…

Après tout, les gens ont besoin de manger.

Et c’est là qu’arrivent nos Yakuzas. 

Comme ils trainaient dans des choses pas jolies jolies, ils se retrouvaient souvent tatoués. 

Ce qui voulait dire qu’il était compliqué pour eux d’avoir une vie normale. 

Imagines maintenant, une personne tatouée de la tête au pied. 

Avec des dragons à l’expression perçante qui s’enroulent autour des muscles de ses bras. 

Avec un tigre dans le dos, se tenant fièrement sur un rocher, rugissant de toute sa puissance pendant que la tempête s’engouffre autour de lui. 

Ce sont des tatouages plus difficiles à masquer. 

L’Irezumi, symbole de virilité

Autant te dire qu’avoir ce type de tatouage dans une société féodal où le tatouage est interdit, c’est ouvertement crier : 

Je suis un hors-la-loi, et je ne reviendrai jamais dans votre société ruinée.

L’irezumi était une façon de montrer qu’on était un vrai gangster. 

Un dur.

Un vrai de vrai. 

Parce qu’il fallait un sacré courage à l’époque pour se faire tatouer. 

Entre la douleur de passer des heures à se faire piquer au tebori.

Le risque de se faire fouetter si tu te faisais attraper. 

Pas très marrant de porter de l’Irezumi à l’époque, non?

(ça ressemble à ça un tebori)

Haida Tattoo Kit from 1883 Massett, Queen Charlottes | Hand poked tattoo,  Poke tattoo, Homemade tattoos

Et le risque d’intoxication lié aux encres, qui étaient faites de façon disons…

… limites. 

Des normes sanitaires un peu bancales

Les normes sanitaires, ils ne connaissaient pas trop à l’époque. 

Pour te donner une idée du bordel, certaines utilisaient du Vitriol (sulfate de fer). 

C’est juste le minerai de base pour faire de l’acide sulfurique

Cela donnait des fièvres et des éruptions cutanées pas super agréables. 

Et comme les hommes de l’époque étaient des hommes simples, ils se sont dit : 

Tiens quelque chose de marrant pour montrer qui à la plus grosse”. 

Et c’est comme ça qu’est née la pratique des grosses pièces au Japon.. 

Tu t’attendais à quelque chose de plus incroyable? 

Eh bah non! C’était juste un concours de quéquette!

Et quand t’es un homme fort, c’est le genre de jeu que tu kiffes. 

Ce qui explique pourquoi les Yakuzas sont connus dans l’imaginaire collectif comme étant ultra tatoués. 

Il y a une autre explication au lien fort entre tatouage et mafia. 

L’irezumi, un jeu dangereux

Le tatouage étant illégal, il était dangereux de se faire tatouer, et seule la mafia avait suffisamment de pouvoir pour protéger les tatoueurs. 

Entre le risque et la population appauvrie, c’est donc assez logiquement que la mafia est devenue la principale employeur des tatoueurs.

Malgré tout, il y a n’y avait pas que les Yakuzas avec des pièces conséquentes. 

Les charpentiers ou encore les pompiers en avaient afin d’être protéger pendant leur travail grâce aux dieux/déesses qui ornaient leurs peaux. 

De manière générale, on peut dire que le Shogunate n’aura pas réussi son objectif de tuer à jamais l’Irezumi. 

Il l’a tout de même bien mis à mal. 

Entre violence et stigmatisation. 

Stigmatisation qui perdure encore aujourd’hui au Japon. 

Même en 2021, avoir des tatouages au Japon, c’est faire le choix d’un certain style de vie

Style de vie dont on parlera dans le prochain article, la semaine prochaine.

La bise.

Miennu.

Les articles qui peuvent également t'intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.